Ecole buissonnière ● Playing hooky

SONY DSCSONY DSC03SONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSC

Publicités

Ta bonne copine

Je n’ai pas choisi ce titre d’article seulement pour la rime, mais bien parce que c’est ce que j’ai ressenti l’an dernier, quand j’ai visité pour la première fois la boutique. Bobine, c’est littéralement ta bonne copine. Celle qui te parle de certains petits créateurs que tu as croisés dans certains magazines, sans trop faire attention, elle, elle les relève, les met en évidence et t’en parle beaucoup. Elle a un peu de tout (du soin pour la barbe au thé en passant par des chaussettes aux motifs improbables et colorés), de très belles pièces et quelques précieux exemplaires. Quand tu visiteras sa boutique bien organisée, tu auras l’impression de visiter l’appart de ta bonne copine, celui où il y a un bibelot drôle caché, où il y a ce panier à pompons accroché à la poignée d’une fenêtre (et que tu envies secrètement) et celui où il y a ce fameux petit escalier (tu espéreras d’ailleurs ne pas tomber quand tu l’emprunteras). Chez Bobine, tu trouveras toujours ce don tu as besoin et tu auras toujours ce sentiment d’être bien accueilli, comme chez ta copine, quoi.

 

Mieux que les bonbons à la violette, essayez Pompon sur la Garonne

Que vous ponctuez (ou non) vos phrases d’expressions typiquement toulousaines ou que vous travaillez votre accent chantant, la boutique Pompon sur la Garonne va vous plaire, on parie une chocolatine ?

SONY DSC

Le concept est simple : Une expression (bien de chez nous) superposée sur un carré : le tout à personnaliser. Les supports se déclinent presque à l’infini (en bonne sudiste j’exagère à peine) : Si vous avez envie d’un basique comme un tote-bag en toile ou d’un body pour bébé que vous agrémenterez d’une phrase drôle qui sonne comme votre futur crédo, Léa (la gérante) sera toujours de bons conseils. Elle n’hésite pas à parler de l’identité de la boutique, guide les clients (touristes comme habitants) et vous confectionnera sur place votre article Pompon sur la Garonne.

Le petit truc en plus ? La boutique propose des bijoux de différents créateurs (qui a dit qu’on était à un caprice près ?)

Ici, halte aux clichés à propos de la ville rose, on préfère plutôt rendre hommage aux tournures de phrases toulousaines, qui deviennent de véritables emblèmes minimalistes et élégants. Que vous cherchiez un souvenir à offrir ou pour se faire plaisir, venez chez Pompon, on y est bien !

SONY DSC

Être ensemble • Le Slow Market

 

Passer la grande porte du studio Lucette, après avoir traversé la rue Hélio dans la fraîcheur d’une matinée pour y découvrir de la lumière. La clareté de ce bel espace vous fait vous sentir bien, à l’aise, tout comme le long escalier vert que vous avez escaladé peut-être deux marches par deux marches, comme si vous connaissiez déjà le lieu. Le studio était habillé par les créations des invités du Slow Market et habité par des discussions, des rires, des explications et de la bonne musique.

 

 

Conjuguer simplicité et beaucoup de travail, c’était la mission (bien accomplie) de la marque Baserange et du collectif Bang Bang avec l’organisation de ce Slow Market. J’ai retrouvé la sensation de surprise et de découverte lorsque je parlais avec les différents créateurs présents, et c’est aussi ça qui rend un marché unique, non ?

 

IMG_7923IMG_7927

 

Mais que ce soit du côté d’Andrea Vientec et ses headbands qui finaliseront vos tenues ou de Batoh, ébeniste toulousain, une harmonie se faisait sentir : il s’agit de choisir des matériaux et produits nobles, de qualité et qui durent, surtout.

 

L’idée d’être ensemble était vraiment sublimée, d’abord car c’est le moteur de l’évènement, le pourquoi de cette collaboration, et surtout car on découvrait différents savoir-faires : l’élégance de la porcelaine de Naomi Bikis, les chaussures d’An hour and a shower, tels de grands classiques, ou les motifs de Shaina Mote, par exemple…

 

Dans une partie de ce bel espace, on brode sur des petites culottes Baserange, dans l’autre, des enfants courent, et au milieu de grands portraits de femmes inspirantes qui scellent la logique de cet événement.

 

On quitte le lieu, heureux d’avoir -si ce n’est consommé- dégoté quelques noms de créateurs à soutenir, comme par exemple Hopaal qui prend soin de l’homme et de la planète avec sa ligne de vêtements 100% durable, Where I was From et sa déclinaison de denims, et on félicite Bang Bang pour cette première idée bien pensée et parfaitement concrétisée.