Un déjeuner avec Capucine Minot

Du perfectionnisme et de la passion, c’est ce qui compose, selon moi, les dessins d’architecture de Capucine Minot. Après avoir suivi l’option arts plastiques au lycée, un dilemme s’est posé pour l’artiste : Ecole d’arts ou études « classiques » ? Capucine a finalement étudié dans une école de commerce, et, grâce à différentes expériences, sa minutie et son œil aiguisé n’ont fait que grandir. Pendant quatre ans, elle fut responsable des pièces d’exception au sein du département Horlogerie & Joaillerie de Chanel, et durant ces années, elle cultiva son goût pour l’artisanat et sa maîtrise. Son profil artistique s’épanouissant, le graphite & le pastel lui faisaient un appel du pied.

SONY DSCSONY DSCSONY DSC

 

Petit à petit, les croquis se multiplient. D’abord comme cadeaux pour des proches (qu’il s’agisse de la reproduction d’un domaine viticole ou d’une bâtisse), Capucine a décidé ensuite de se professionnaliser, en gardant la même affection pour l’architecture.
Ce sont à la fois les différentes formes, motifs et volumes qui lui plaisent mais surtout l’histoire du bâtiment ; se dire que des personnes ont vécu ici, se sont promener là… Toutes ces anecdotes sont primordiales, puisqu’en parallèle, on retrouve le goût du détail dans le travail de la dessinatrice.

SONY DSC

Peut-on parler de fibre artistique ? Du côté de son père, elle a découvert trois générations d’architectes, d’ailleurs, il semblerait qu’elle ait le même trait de crayon que son grand-père. Une chose est sûre, Capucine est une passionnée et a envie de partager son regard et le retranscrire à travers le dessin.

SONY DSCSONY DSC

Elle travaille avec le crayon de papier, elle en a même toute une palette. Son second outil est bien évidemment le crayon pastel monochrome ; attention, elle n’en utilise qu’un seul pour tout un dessin ! Elle aimerait, par la suite, utiliser des crayons de couleurs polychromos. Ses instruments en main, elle passera des heures sur son bureau à esquisser, dessiner, renforcer et faire et refaire des traits. Pour l’anecdote, il lui a fallu trente-cinq heures pour la représentation de la place Sainte Scarbes. Même travail pour les toits de Toulouse. Quand je vous parlais de perfectionnisme et de passion… Elle s’est finalement constituée son propre régime quotidien fait de plusieurs heures de dessin le matin et l’après-midi. Il est ponctué également d’activités administratives et de communication.

Cap10.JPG

Son domaine de prédilection s’étend encore, elle aimerait plus tard ajouter une petite touche d’originalité à ses œuvres et pourquoi pas façonner davantage son esquisse du monde végétal.

SONY DSCSONY DSCSONY DSC

Sa série de dessins d’architecture de Toulouse sera à retrouver à la galerie du BocAL du 12 au 16 juin ! Concernant notre ville, elle considère que Toulouse n’a pas à rougir de l’architecture parisienne. Prenant le temps, ici, de se perdre dans nos petites rues, elle a été happée par son caractère. C’est pourquoi elle a décidé de retranscrire son coup de foudre pour Toulouse et ses différents styles architecturaux durant cette future exposition à ne pas manquer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s