Portrait of a lady

 

Un jardin, une modèle et une photographe.
Lady Flore et son univers ont habité les murs du Jardin Culturel. 

___

A garden, a model and a photographer.
Lady Flore and her inner world inhabited the Jardin Culturel.

 

 

J’ai aimé la simplicité de ce moment et la façon dont nous avons évoquer une histoire, celle d’une femme.

___

I loved the simplicity of that moment and the way we told a story, the portrait of a lady.

 

 

Ma préférée :

___

My favorite: 

11

Publicités

sensuality [ˌsɛnsjʊˈælɪtɪ]

Il y a quelques temps, Chrys, du blog Yvette and the Whool , disait à propos de cette photo qu’elle est « sensuelle ». C’était la première fois que l’on parlait ainsi de mon travail. J’ai réfléchi au terme « sensuel » et à ce qu’il peut évoquer. Alors, rangez vos couplets de chansons pops préférées, ici je ne me concentre que sur le terme littéral de la sensualité.

  • (bas latin sensualis, relatif aux sens)
  • Qui est porté vers les plaisirs des sens ou dont l’aspect, le comportement ou l’œuvre évoquent les plaisirs des sens : Un artiste sensuel.

___

A few months ago, Chrys, from the blog Yvette and the Whool, told me about this photograph, that it was « sensual ». For the first time ever, my work was defined as such. I thought about the word « sensual » and to what it could evoke. But please, don’t think about any love song lyrics, here, I’m only referring to the literal meaning.

  • expressing or suggesting physical pleasure:
    a sensual mouth
    They shared the sensual satisfaction of French food.

  • see sensory: of or relating to sensation or to the senses

Depuis maintenant quelques années, je cherche à raconter des histoires à travers mes photographies : en me concentrant sur les mains d’un(e) artisan(e), le regard d’une modèle, un geste, une texture, une matière… Le fil conducteur, ce qui est finalement au cœur de ma recherche, réside dans la sensualité – les sens.
Les mains pour le toucher, des macrophotographies d’ingrédients pour le goût, bref, vous avez compris. Pour reprendre un terme évoqué par ma Maman, j’ai envie que mes photos soient « vivantes ». Et comme je ne vais pas toujours utiliser le dictionnaire pour définir ce qui me caractérise, j’espère que chacun(e) trouvera mes photos « sensuelles » et « vivantes ».

___

For a few years, I’ve been focusing on telling stories through my photographs. Artisan’s hands, the look of a model, a movement, textures, materials… Each detail is significant. The central theme lies in sensuality – it’s about senses. It is a the core of my work,
Touch is connected with hands, close up of ingredients with taste… you got it.
To quote my Mom, I’d like my photographs to be « vivid ». Since I won’t use all the time the dictionnary to describe my work, I hope that everyone will label it as « sensual » and « vivid ».

 

Tout ce cheminement (j’aime réfléchir, oui), m’a donné un peu plus confiance en moi et en mon travail. C’est pourquoi, en gardant en tête tous ces objectifs et ces qualificatifs, j’ai travaillé avec le magazine indépendant Yoko. C’est un magazine conçu pour les esprits créatifs du monde entier. Je suis heureuse d’avoir raconté l’histoire « Over the love », que l’on retrouve dans la version web de ce superbe éditorial.

___

This line of thought (yes, I like to think) actually improved my self confidence and my competence. While I kept in mind all of these goals and qualifying adjectives, I worked with the independant magazine Yoko. It is a magazine for the creative minds from all over the world. I’m really happy that the story I’ve told, Over the love, is now available in the web version of this amazing editorial.

OverTheLove

 

Nous nous sommes inspirés de la nouvelle The sisterhood of night de Steven Millhauser pour évoquer le thème de la sororité, de ce que des parents (et par extension, « les gens ») s’imaginent, et du contraste avec la réalité.
Toutes les créations et les vêtements proviennent de Toulouse.

Moralité: Soyez toujours sensible aux mots de chacun(e) (et croyez en vous aussi, hein).

___

We took our inspiration from the short story The sisterhood of night by Steven Millhauser, in order to symbolize sorority, what parents (and, therefore, « people ») think, in contrast with reality. The jewels and the outfits are from Toulouse.

Morality: Pay attention to remarks about your work (and believe in yourself, guys!)

Manifeste pour le festival burlesque – Manifesto for the burlesque festival

L’an dernier, je découvrais le festival burlesque, et j’ai eu une telle claque, que je décidais de parler et de publier le plus de photos, de textes, d’interviews pour rendre hommage à cet art. J’ai réalisé un reportage photographique, j’ai publié des interviews et mes photographies dans un numéro de Slap.
Aujourd’hui, j’ai l’impression que ce n’est pas assez par rapport à tout ce que représente le festival. J’ai l’impression, que tout simplement de ne pas en avoir fait assez. J’ai l’impression que nous n’en faisons pas assez pour rendre hommage à cet événement et à cet art.

___

Last year was the first time I’d explored the burlesque world with the International Burlesque Festival of Toulouse. It was such an inspirational shock, that I decided to post photographs, introducing texts and interviews to pay tribute to this art and its performers. I did a photoreport and my photographs were published in an issue of Slap
Today, I feel that I’ve not done enough. I feel that we’ve not done enough to support this event and celebrate this art.

109

Madame Romanova

Dans les coulisses du festival, j’ai vu des femmes (et des hommes), s’étirer, se concentrer, répéter, chuchoter « 1, 2, 3, 4… » et enchaîner des pas, se coiffer, se maquiller, s’habiller, se parer. Et, qu’il s’agisse d’humour, d’hommage à la tradition du burlesque, de mise en scène minimaliste, le sérieux et les émotions sont là.

___

In the backstage area of the festival, I’ve seen women (and men), stretch out, focus, rehearse, whisper « 1,2,3 » and do a series of steps, do their hair, put on makeup, get dressed and attire themselves. Whether it is about humour, tributes to burlesque tradition or minimalist staging, all the artists are conscientious and ready to share emotions.

Seedy Frills – Foxy P. Cox  – Honey Blondy

Dans les coulisses du festival, j’ai vu de la solidarité comme jamais, du bonheur, des compliments, des encouragements, des tapes dans la main, différents corps, âges, physiques en mouvement et seulement des regards bienveillants. Si parfois le pessimisme vous guette, alors rentrez dans les coulisses du festival burlesque pour être rassuré·e, l’empathie et la gentillesse existent toujours.

___

In the backstage area of the festival, I’ve seen solidarity like never before, happiness, compliments, supports, high fives, different bodies, ages, physiques in motions, and only watchful eyes. If sometimes you are pessimistic about human nature, you must come to the backstage area of the burlesque festival not to worry: empathy and kindness still exist.

114

Jeanie WishesFoxy P. Cox

Les artistes du festival burlesque rentrent dans les coulisses heureux, essoufflés, tellement le message qu’ils ont tenu à communiquer avec le public est important. Ils ont partagé quelque chose. Dans la salle, toute l’équipe du Kalinka travaille à l’accueil, en cuisine, au bar, pour que chaque spectateur se sente tout simplement bien, dans ce cabaret où les métaphores et les allégories se métamorphosent sur scène.

___

Backstage, the performers are happy and short of breath as the message they wanted to communicate with the audience was crucial. They shared something. In the hall, the whole staff ot the Kalinka is buoyantly at the front desk, in the kitchen, at the bar, so that any spectator could enjoy a wonderful show. It is a cabaret where metaphors and allegories metamorphose on stage.

Si vous êtes féminisme, que vous aimez l’art, les histoires que l’on raconte, où si vous souhaitez découvrir un cabaret à Toulouse – et que vous râlez souvent par rapport à la vie culturelle de la ville, alors entrez dans le Kalinka, pour bien des occasions, comme ce festival, pour vivre une soirée particulièrement unique, qui vous manquera et que vous aurez le plaisir de revivre lors de la future édition.

___

If you are a feminist, if you love arts, stories that are told or that you would like to discover a cabaret in Toulouse -and that you often complain about the cultulral life of the city, you must come to the Kalinka. There are plenty occasions to come, such as this festival, to experience an incredible night that you will miss and enjoy again for the upcoming edition. 

36

Facebook Page of the Festival

201& – the season finale

2018 : Accompagner, conseiller, créer des supports visuels –
Cette année, je suis heureuse d’avoir rencontré des artisans, producteurs-trices, créateurs-trices et d’avoir passé tout ce temps derrière mon boîtier à photographier des atmosphères et des détails. Je suis émue d’avoir vu mes clichés publiés, utilisés pour mettre en avant les qualités uniques de l’artisanat et de la production locale.
Il y a un travail qui est particulièrement représentatif de ce pourquoi j’aime la photographie : demains.
Elodie m’a fait confiance pour mettre des images sur ce projet célébrant le fait main, la créativité et le local, avec en filigrane un goût pour la matière première qui sera sublimée.

___

2018: Support, help, create visual content
I’ve been really happy to have met craftspeople, producers, designers and to have spent time behind my camera body. I’m moved when I think about my pictures posted and released, which have been used to promote the inherent qualities of craft and local production. There is a work which is, to me, really representative of why I love photography: demains
Elodie trusted me when she used some of my photographs to define her project which celebrates handmade creative and local production, implicitly linked with a decided taste for raw material – which therefore will be sublimed. 

 

portrait-Elodie-Marville-s-817x1024
J’ai vu le sourire d’Aurélie, le rire de Fanny, le fou-rire de Lucie. J’ai entendu des récits, des anecdotes, des histoires longues –avec, à la fin toujours un happy ending mais pas cucul-. J’ai travaillé dans un studio, un atelier, une cour. J’ai examiné du jacquard et du cuir, scruté des motifs végétaux, observé des points de cobalt à travers mon objectif.

___

I’ve seen Aurélie’s smile, Fanny’s laughter and Lucie’s fit of laughter. I’ve heard tales, short and long stories, with, each time a non-cheesy happy ending. I’ve worked in a studio, in a workshop, in a courtyard. I’ve looked into Jacquard weave and leather, scrutinized details of plant pattern, observed dots of cobalt… All, through my lens. 

 

 

 

 

 

 


Bref, j’ai passé de bons moments avec Elodie ! Et j’espère que chacun aura été sensible à ses valeurs, ainsi qu’à son travail !
En 2019, on continuera de croire en demains, plus que jamais –

___

To sum up, I’ve spent a lot of good times with Elodie! I hope that everyone will appreciate her values and her work!
In 2019, we will keep supporting demains, more than ever. 

WebsiteFacebookInstagram

A walk (through the greenhouses and alongside the red bricks)

 

 

Décision de 2018 : Ne pas attendre que les beaux jours (re)viennent pour se perdre dans la ville rose.

 

Pour tester mon nouveau boîtier (et mon nouvel objectif !), j’ai réalisé une série de portraits avec le modèle Deodas Yamalé : Nous nous étions donnés rendez-vous à l’ouverture des serres municipales de Toulouse, puis nous nous sommes baladés dans la ville (follow the red bricks). C’était l’occasion pour lui de mettre en avant plusieurs tenues et pour moi de m’adapter au temps gris !

Comme d’habitude, je modifie très légèrement les clichés en postproduction.

Un grand merci à Cygne Noir Studio, pour ses conseils !

29

 

« Je suis fière de nous » (vente ‘La Kantoch’, 26 mai 2018)

 

  • Découvrir un restaurant
  • Aimer la carte, le sourire de la cheffe, la décoration et cette odeur de cookies
  • Vouloir organiser une vente, un peu sur un coup de tête
  • Appeler son amie pour lui proposer, fixer une date
  • Inviter des créatrices de talent à se joindre à la partie
  • S’organiser
  • Foncer
  • Être fière de son amie, travailler en binôme
  • Être reconnaissante d’avoir eu carte blanche auprès de la cheffe
  • Installer, faire découvrir sa dernière série de photographies
  • Rencontrer des personnes, parler de son travail, retrouver ses proches
  • Être heureuse
  • Remercier
  • Ranger
  • Être heureuse (toujours)

Vente « LA KANTOCH » – du samedi 26 mai 2018
La Kantoch – 63, allées Charles de Fitte

Mulot B. . Bijoux
https://mulotb.com/

Aurelie Vitoux . Papeterie
http://www.aurelievitoux.com/

Idealists Dont Stop . Décoration
http://idealistsdontstop.com/

Mallow France . Maroquinerie
https://www.mallow-shop.fr/

Jungle Utopia . Fleurs
https://jungle-utopia.com/

Aurelie Vitoux . Papeterie
http://www.aurelievitoux.com/

SONY DSC

La vraie vie ● Agathe Julia (Made in Make Up)

Maquilleuse freelance depuis 6 ans, Agathe a toujours été fascinée par l’art et la beauté.

Elle exprime sa créativité en temps que peintre puis se découvre une grande passion pour le maquillage.
Elle collabore avec de nombreux créateurs et photographes pour de nombreux événements, revues, shootings.
Elle intervient aussi pour des particuliers notamment des mariées qui sont pour elle source de créations et moments inoubliables.
Intervenante dans une école de maquillage toulousaine, elle enseigne une de ses grandes passions : le face painting.
Vous pouvez la rencontrer dans son salon intimiste et feutré où elle vous recevra sur rendez-vous pour un cours de maquillage, une extension de cils ,un micro blading  (nouvelle technique de tatouage de sourcils) qu’elle adore adapter au cas par cas.
Elle y expose aussi ses encres de Chine et peintures….une artiste multiple et passionnée…
Merci beaucoup aux modèles : Romane & Micheline !

L’état de grâce des Tenaces

 

Faire un tour à La Grainerie, à Balma, entre un chapiteau qui se dresse, tremblant face au vent, et des armatures d’acier gagnées par les végétaux. Entrer pour découvrir le collectif des Tenaces et mettre des images sur des idées : Le collectif des Tenaces rassemble des artistes du cirque qui veulent lutter contre les inégalités et le sexisme de ce corps de métier. Le 7 avril marqua la journée de rassemblement : Présentation du mouvement, ateliers, échanges et découverte du manifeste des Tenaces…
Reprendre ses esprits et se perdre (mais de façon très brève) dans les couloirs puis tomber sur cette petite salle, la salle du trapèze. Je crois que je m’attendais vraiment à tout, des paillettes aux projecteurs, de la musique forte à un sur-nombre de personnes, sauf à cela. Le numéro de Cata Aguayo était intimiste, minimaliste et surtout merveilleux. Pendant quelques minutes, l’artiste portant seulement une barbe symbolique observait le public. Ensuite, au travers de figures, c’est son corps qui s’exprimait : un corps qui lutte, qui vacille, qui paraît fragile malgré l’exécution parfaite de cette gymnastique. Et d’un seul coup, l’expression « l’émotion devient palpable » avait pris tout son sens : Les premières notes de l’Ave Maria. Le spectacle eut des allures de monologue du corps, tant j’avais l’impression qu’une histoire (et des allégories) était racontée. J’ai essayé de capturer quelques mouvements, juste assez pour que finalement Cata se rhabilla, et quitta la scène. Sous les applaudissements, je pensais aux enjeux de cette journée, aux différentes représentations de la femme ainsi qu’à l’expression corporelle. Je crois bien qu’il faut prendre le temps, autre que durant les repas de famille ou aux terrasses de café, de réfléchir quant à l’essor du féminisme dans ces milieux, de s’informer, de discuter, bref, d’aller voir les Tenaces !

Pour mes proches, la rédaction de cet article a suscité nombreuses interrogations et réflexions. Et vous ? Que pensez-vous de l’idée de « féminister le cirque? »

 

Le site des Tenaces
La page FaceBook des Tenaces

Le site de La Grainerie
La page FaceBook de La Grainerie
La page Instagram de La Grainerie

Des pièces de caractère

Oliv.B, si cette marque porte bel et bien le nom de sa créatrice, ce n’est pas par hasard : lorsque l’on pousse la petite porte du 38, rue Pharaon on sait que l’on est « chez » Olivia.
Oliv.B, c’est en effet une passion et un savoir-faire qui perdurent depuis six ans maintenant. Dans ce joli et nouvel écrin situé aux Carmes, on retrouve les différentes collections, des idées de personnalisation, des classiques de la marque, des indémodables, et au milieu, un grand atelier.

SONY DSCSONY DSCSONY DSC

On discute, on demande, on admire le détail d’une bague ou la complexité d’un bracelet… Et on perçoit vite les inspirations et les valeurs de la marque, à savoir l’élégance et son intemporalité ainsi que l’air du temps. Le goût du travail de qualité demeure le fil conducteur.

SONY DSC

Que des boucles en argent se perdent dans une chevelure ou qu’un cordon de cuir soit soigneusement épinglé autour d’un poignet, les bijoux d’Oliv.B occuperont toujours une place dans un coffret à bijoux digne de ce nom !

SONY DSC

Rendez-vous à la toute nouvelle boutique (la peinture est encore fraîche !), située aux Carmes {38, rue Pharaon} pour découvrir en détails la marque, chercher l’inspiration, avoir un coup de foudre pour une pièce et faire de ce bel espace une de vos bonnes adresses.